Êtes-vous ou non un personnage de manga ?

Publié le par El Charpi

Après avoir longuement creusé la difficile question de savoir si nous étions ou non des PJs ou des PNJs, j'aimerai maintenant aborder une autre question hautement philosophique : sommes-nous ou non des personnages de manga ?

Pour celà, il existe quelques méthodes simples qui permettent de savoir si nous sommes vraiment dans un manga ou non... Plus exactement, je vais parler des manga shonen, ceux pour garçons en pleine puberté, avec des gentils qui tapent des méchants et vice-versa. Dragon Ball Z, Bleach, Naruto, Samuraï Deeper Kyo, tout ça. Vous me direz : mais moi je me fritte pas souvent. Qu'à celà ne tienne, de nos jours, il existe des mangas sur tout, sur le vin, le jeu de go, le poker, sur le football, le tennis, le basket, sur les jeux de cartes à collectionner ou les MMORPGs...

Donc la question reste entière : Malgré les apparences, notre existence morne est peut-être en réalité le sujet d'un manga lu par des millions de petits japonais. Abordons le problème en dissèquant les caractéristiques principales du perso de manga.

1 - Le personnage de manga a la classe. Toujours. Même s'il est moche, geek, associal, obèse, maigrichon, psychopathe... Ils ont tous la classe, c'est obligatoire, c'est dans le contrat. Et même si il ne paye pas de mine, en fait, surtout si il ne paye pas de mine, à un moment, on va se rendre compte qu'en fait il a la classe. Si vous n'avez pas la classe, cherchez pas, vous n'êtes pas un personnage de manga.


2 - Le personnage de manga peut très souvent quantifier sa force de combat. Du genre "ahah, j'ai une aura de 4500 zlugons et lui n'en a que 3900, je vais forcément l'éclater, sauf si il passe à 4600...". Bon, ce critère n'est pas éliminatoire, parce que c'est pas toujours le cas, et puis "le combat", pour peu que vous soyez dans un manga débile, ça peut très bien être un duel de boulangerie (même là y'a un mec capable de chiffrer le goût du pain... grandiose).
Donc, par exemple, si vous avez fait un test de QI, vous êtes peut-être le perso d'un manga sur les maths... Ou quelque chose comme ça...


3 - En général, un personnage pouvant quantifier sa force de combat est capable d'utiliser 35% de sa force. Ou un truc dans le genre, et en général lors des combats il s'amuse à grimper peu à peu au lieu d'y aller d'un coup d'un seul pour écraser l'adversaire. Et il frime : "bon, d'accord, mais dans ce cas que diras-tu si j'utilise 60% de sa force ?". C'est pas si facile que ça (essayez un peu de draguer avec 70% de votre charme, ou de répondre à un quizz avec 30% de vos connaissances...), donc déprimez pas si vous êtes pas capables, après tout vous êtes peut-être dans un manga où y'a pas ça. En revanche, si vous savez le faire, vous êtes sans doute dans un manga. Et il ne subsiste plus aucun doute si vous connaissez des techniques pour vous battre à 130% de votre force. Le genre de techniques qui raccourcit votre durée de vie.
Donc, logiquement, les publicitaires qui se défoncent au crack pour utiliser 170% de leur créativité sont des personnages de manga. Un manga sur la publicité. Ouais ben vous moquez pas, on peut finir bien pire.


4 - Un personnage de manga donne des noms à ses attaques. Même quand c'est des coups de pied dans le ballon au football (le "Tir du Tigre" de Marc Landers...). Donc, bon ben par exemple, vous avez passé un test de QI, vous pensez faire un manga sur les maths. Si vous donnez des noms à vos attaques mathématiques (genre "Théorème de Pythagore" ou "Décomposition en facteurs premiers"), vous avez plus de chance d'être dans un manga. Pour optimiser vos chances, essayez de donner des noms un peu originaux. Tenshinan est le seul à faire le Kikoho et Naruto a le multi-clonage. Modifiez vos noms en "Théorème du triangle de feu" ou "Broyeuse à nombre de l'Enfer" et vous augmenterez vos chances de devenir le personnage principal du manga.


5 - Un personnage de manga est soit gentil soit méchant. Jamais subtil, jamais de mélange ! Alors choisissez un camp, bon sang ! Que vous fassiez des maths, du foot ou de l'inséminage de cannes (il n'y a pas de sot métier...), faites-le pour le Bien ou pour le Mal. Sinon vous n'avez aucune chance d'être un personnage de manga. Bon, si vous avez choisi le Mal, vous pouvez basculer dans le Bien, ça marche. Mais attention, l'inverse est impossible, si c'est le cas, vous n'avez aucune chance d'être un personnage de manga, je vous préviens.


6 - Un personnage principal de manga est constamment accompagné de faire-valoirs. Souvent ce sont d'anciens adversaires devenus amis. La plupart du temps ils étaient de la force du héro il y a quinze tomes, puis un peu moins forts il y a dix tomes, vous lui avez sauvé la vie il y a cinq tomes parce qu'il est trop faible et maintenant il regarde vos combats sur le banc de touche en ponctuant vos parties de go ou de hockey sur glace par des "incroyables !" ou des "mon Dieu il va perdre !", particulièrement irritants. Quoique dans un manga ça va, comme ils sont tous collés dans un coin de la page on les zappe, mais dans un anime, a chaque coup, vous avez cinq pignoufs qui défilent pour donner leur avis (le même pour les cinq, en plus) sur le fait d'avoir joué la carte du "Retourneur de Temps". Super gavant.



7 - Un personnage de manga est toujours démotivé en début de combat, et/ou oublie toujours la moitié de ses techniques. Parce qu'en plein milieu du combat, au moment où il perd, il se rapelle soudain une vieille technique que lui a enseigné le maître caviste du Portugal ou un conseil d'un obscur fabriquant de crampons de Vladivostok qui lui permet de renverser la vapeur à la surprise générale (et on est reparti pour un petit tour des faire-valoir). Quand c'est pas ça,  c'est un truc qui va le remotiver, genre "j'ai pas le droit de perdre, il y a ma petite soeur qui me regarde avec des yeux de teckel au premier rang" ou "il a violé mon homard, je dois lui défoncer la face". Et là il gagne en puisant dans ses dernières forces. Parce que au début du combat, vous comprenez, il était pas spécialement motivé pour gagner, il s'en foutait un peu de la petite soeur et du homard, c'est maintenant qu'il a un bras en moins et la gueule comme un panini qu'il y pense...
Pensez à des trucs comme ça si un jour vous perdez au poker, si ça trouve ça peut marcher...


8 - Un personnage de manga est toujours bien plus fort mourrant que frais. Oui, parce que parfois, y'a même pas ça. Prenez l'exemple des Samuraï Deeper Kyo. Chaque combat qu'il livre, sans aucune exception, se passe en trois temps. Il perd, il se relève, il gagne. D'abord il se fait démolir sa face comme un gros nul, il gît en sang face contre terre et tous ces cons de faire-valoir chialent.
 Là,  l'un d'entre eux (un peu au pif) s'en prend au méchant et on a invriablement le même dialogue à 3 mots près :
"Bon, maintenant méchant, tu as tué Kyo, c'est moi ton adversaire."
"Si tu veux, mais je vais te mettre une misère fillette, va te coucher ça vaut mieux."
"Mouais, finalement je vais pas te combattre."
"Ah ah tu te chies dessus gros noobz xptdr lol lol"
"Non, mais ton adversaire du début (oui c'est Kyo) est encore debout."

Et là, grande surprise, Kyo est debout. Ca fait 15 tomes que Kyo fait ça à tous ses adversaires, mais ils sont encore surpris tu vois. Et là, systèmatiquement, Kyo, quand il se relève, il a l'air vachement plus fort, avec un texte du genre "C'EST LE REVEIL DU DEMON !!!" en gros qui tâche. Parce que lui, il est tellement accro au combat que se faire éclater la raie ça le réveille et il devient plus balaise. Du coup, il démolit le méchant. Trop fort.



Maintenant, attention ami lecteur.

Rien ne prouve que vous êtes un personnage de manga. Donc ça ne marche pas forcément.
Donc, si on continue notre exemple sur les maths, si, quand vous faîtes un examen, pour résoudre un exo sur lequel vous calez depuis une demi-heure, vous comptez vous mutiler avec un compas ou un criterium, levez le nez et observez : si vos profs de maths depuis la sixième ne sont pas derrière vous à zieuter votre copie pour commenter vos exploits, alors c'est que, non, vous n'êtes sans doute pas un personnage de manga. Alors vous pouvez ranger votre règle en métal avec laquelle vous comptiez vous taper sur les doigts et vous remettre bêtement à plancher en essayant - quand même - de voir si vous pouvez pas utiliser 200% de vos connaissances en pensant au supplice de votre poisson rouge quand il saura que vous avez eu un 6.

Merci beaucoup.
La semaine prochaine, nous verrons comment savoir si vous êtes ou non personnage de comics.

Publié dans Humour et trolleries

Commenter cet article

Ruw Ruw 31/01/2009 18:35

Faux! Un personnage de Manga peut basculer du bien vers le mal!Si tu lis les ScanTrads d'Air Gear, tu remarquera que l'horlogue d'Aion, après s'être violement fait viander la face par le méchant, (on le croit mort), revient en force, mais du côté du méchant! (Et oui, y'as des exceptions.) Qu'as tu à dire pour ta défense ? è_é

El Charpi 01/02/2009 21:05


D'abord, je dois avouer ne pas avoir lu quoi que ce soit d'Air Gear.
Mais pour te répondre je peux avoir deux modes différents.

*Mode mauvaise foi on*

Ah beh dans ce cas-là ce type-là n'est pas un personnage de manga.
C'est un personnage d'autre chose mis dans un manga.
^^

*Mode mauvaise foi off*

Bien evidemment, pour toute règle se trouvera une exception, tu en as trouvé une, félicitations !


Rill 23/01/2009 19:43

Faaaaaaaaaaaaaaan ! trop trop trop bon ! je l'ai fait lire a un max d'otaku, tous aussi morts de rires devant !absolument genial !

El Charpi 24/01/2009 02:58


Merci du compliment :)


L'aile d'Aurellin 08/01/2009 00:45

Et après avoir lu ça, on se dit : "Mais alors, El Charpi serait donc le héros d'un shonen sur l'informatique théorique ?"

El Charpi 08/01/2009 01:11


Et pourquoi pas ?
Même si j'ai pas assez de faire-valoirs pour celà...
Mais d'ici quelques années, j'y compte bien !