Les Dimanches du Seigneur (2) : Saint Calixte, priez pour nous.

Publié le par El Charpi

Comme je l'expliquais à mes honorables visiteurs dimanche dernier, dans la forme médièvale des croyances catholiques, le Paradis était ainsi fait que pour se sortir d'un mauvais pas, prier un Saint qui avait subi les même malheurs que soi était un moyen efficace d'augmenter l'efficacité de sa prière.

Voilà pourquoi tous les catholiques aujourd'hui, surtout ceux pris dans les affres de la crise financières, devraient adresser leurs prières à cet homme :


Le Pape Calixte 1er,
ou Saint Calixte,
instaure ici le jeûne parmi les croyants.


Né en 155 à Rome, dans une famille d'esclaves d'origine grecque, il devint chrétien à l'âge adulte. Cultivé, il fût attribué au service d'un haut fonctionnaire de l'Empereur Commode. Carpophore, c'était son nom, était également chrétien. Plus qu'un simple chrétien, il était diacre de l'église, et chargé d'administrer les biens de l'Église Catholique, naissante et clandestine. C'est à cette tâche qu'il atella Calixte, chargé d'opèrer des prêts à crédits, et qui découvrît alors le monde merveilleux de la finance.

Mais, car il y a un mais, Calixte ne fut pas totalement satisfaisant. En affaire avec la communauté juive de Rome, il se vautra totalement, fit de mauvaises opérations, plus ou moins frauduleuses, et finit par paniquer quand le pot-aux-roses fût découvert. Il s'enfuit alors dans la cambrousse, mais il fût rattrappé et mis au cachot.

Finalement, il bénéfia de l'indulgence de Carcophore - qui le pensait capable de récupèrer l'argent perdu - et fût relaché. Pas plus doué pour recouvrir des fonds que pour les manipuler, Calixte débarqua dans une synagogue un jour de sabbat, fit un scandale, et réclama de l'argent que les juifs lui devaient. Les juifs le dénoncèrent au préfet de Rome comme chrétien et fût envoyé dans les mines de Sardaigne.

Encore une fois, il fût sauvé par ses connaissances, cette fois-ci politique. Il se trouve qu'il connaissait la maîtresse de l'empereur Commode, qui, sans être chrétienne, était plus bien disposée à leur égart. Elle obtint sa libération et même son affranchissement. Voilà Calixte devenu homme libre.

Il travailla alors pour le Pape Victor 1er, puis pour le Pape Zéphyrin en tant que secrétaire personnel. Il fut finalement, à sa mort, nommé Pape, le 16ème de l'Église.

Sa nomination fût tellement controversée que l'on assista pour la première à la séparation de l'Église catholique en deux : Hippolyte, qui briguait également la place, s'auto-déclara Pape. Finalement, c'est Calixte que l'histoire a retenu comme Pape, alors que l'on donne à Hippolyte le nom d'Anti-Pape (le premier de l'histoire du catholicisme).

Néanmoins, il fût un entrepreneur brillant et un financier doué, faisant prospèrer (cette fois-ci) l'Église Catholique comme cela n'avait jamais été fait alors.

Accessoirement, il déclara, échaudé par son expèrience, que les chrétiens désormais n'auraient plus le droit de prêter à crédit. Condamnant du même coup la communauté chrétienne, pendant plus d'un millénaire, à ne pouvoir exercer le métier de banquier.

La suite est plus connue : pour les emprunts, les chrétiens se tournèrent alors vers les juifs, qui devinrent pour la plupart banquiers, ce qui permit de développer une grande richesse, une réputation d'avares, et d'entretenir une certaine forme d'antisémitisme. Les premières théories du complot concernant les juifs datent du XIVème siècle, ou ils seraient soi-disant associés avec le Roi Musulman de Grenade et avec les lépreux pour empoisonner les eaux et prendre le pouvoir...

Voilà toute l'oeuvre de Calixte 1er, fêté le 14 octobre, anniversaire de sa mort lors d'une émeute anti-chrétienne, qui fit de lui et martyr, et, plus tard, un saint.



Publié dans Les Posts du Dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article